FoodTech en France : un phénomène en émergence

11/12/2017 00:00

 

DigitalFoodLab fait le point sur les startups, les investissements et les perspectives de la FoodTech

 

DigitalFoodLab vient de sortir - avec le soutien de Sopexa et Vitagora - son rapport 2013-2017 sur la FoodTech en France. Le rapport analyse les données de quelques 400 startups de la FoodTech qui se sont créées depuis 2013 en France.

Ecrit par Matthieu Vincent et Jérémie Prouteau, Co-fondateurs de DigitalFoodLab, il est issu de l’analyse des informations récoltées dans une base de données par Alexandre Grimault & Benjamin Sinturel de DigitalFoodLab.

En voici les très grandes lignes. Nous vous conseillons de lire la totalité du rapport pour une analyse plus fine et plus complète.

 

 

 

La FoodTech, un secteur jeune, en croissance et concentré en IDF

 

  • La FoodTech : des entrepreneurs et startups qui innovent du champ à l’assiette

La FoodTech est l’ensemble des entrepreneurs et des startups du domaine alimentaire (de la production au consommateur final) qui innovent sur les produits, la distribution, le marché ou le modèle économique.

Les produits ou services proposés permettent de répondre à des enjeux globaux (comment nourrir le monde de la manière la plus efficiente…), locaux (réinvention des chaînes de valeur et rapprochement des producteurs et consommateurs…) et/ou personnels (nutrition personnalisée, coaching…)

 

  • Une augmentation du nombre de startups et une concentration en Ile-de-France

La France compte aujourd’hui 472 startups de la FoodTech actives. 400 ont été créées depuis 2013 ! Le rythme de création est de plus en plus soutenu : 68 créations en 2014 et 131 en 2016, soit quasiment un doublement des créations en 2 ans.

D’un point de vue géographique, la FoodTech est plutôt concentrée en Ile-de-France, écosystème leader qui rassemble 63% des startups actives et 80% des montants investis. Arrive ensuite la région lyonnaise, premier écosystème régional.

 

  • Une forte augmentation du montant des investissements…

En termes d’investissements, le rapport indique que « les montants totaux investis sont passés de 22 millions d’euros en 2013 à 139 millions d’euros pour 2016. Cela correspond à une multiplication par 6 en 3 ans des montants investis dans la FoodTech française. On note une nouvelle accélération depuis le troisième trimestre 2016 avec une hausse significative du nombre des opérations et des montants investis. Le nombre de levées de fonds double quasiment tous les ans avec 219 opérations réalisées depuis 2013 et une hausse de 44 à 82 levées entre 2015 et 2016. Cette hausse s’explique principalement par la multiplication par 8 des levées de fonds supérieures à un million d’euros (26 en 2016 contre seulement 4 en 2013). Ce phénomène étant lui-même renforcé par l’apparition de levées de fonds d’une nouvelle ampleur dans la FoodTech. »

 

  • … et un potentiel de développement énorme

Toutefois, la FoodTech ne représente qu’une toute petite part de la FrenchTech en termes de montants investis. En 2016 par exemple, la FoodTech captait seulement 11% des 1, 265 milliards d’euros investis dans la FrenchTech.

Des chiffres qui étonnent alors que la France est le 4ème exportateur mondial de produits agroalimentaires (données Business France et douanes 2015) et que l’on connaît la place de l’agroalimentaire dans la culture et l’économie de l’hexagone. Des chiffres qui donnent aussi une idée du potentiel de développement de la FoodTech sous toutes ses formes.

 

 

La FoodTech plurielle

Le rapport structure la FoodTech en 6 domaines et 32 sous-domaines et donne pour chaque catégorie des exemples de startups.

 

  • L’AgTech

Ainsi, l’AgTech, rassemble les startups qui inventent l’agriculture du futur à travers 7 sous-domaines : l’agriculture de précision, les robots et drones, les protéines alternatives, les marketplaces agricoles, les logiciels de gestion agricoles, les fermes du futur et fermes urbaines et le micro-farming (cultiver chez soi).

L’AgTech a levé 68 M€ depuis 2013.

 

  • La Foodscience

La Foodscience réunit les startups qui répondent à l’envie de nouveaux produits alimentaires plus transparents, plus sains et meilleurs pour l’environnement. Ces produits vont de l’innovation de marché à la rupture radicale avec des ingrédients révolutionnaires. Elle se subdivise en 5 sous-domaines : les boissons, les innovations produits, les "future food" (insectes, algues …), les substituts de repas et le hardware (électro-ménager.)

La Foodscience, ce sont 28 M€ levés depuis 2013.

 

  • Le Foodservice

Le Foodservice rassemble les startups qui réinventent la restauration : plateforme de réservations, plateforme d’extras, chef as a service (location des services d’un chef), foodservice management, nouveaux restaurants (permettant de faire de nouvelles rencontres par exemple).

85 M€ ont été levés depuis 2013 dans le Foodservice.

 

  • Les Médias

Dans les Médias se retrouvent les startups qui répondent aux questions des consommateurs sur les produits alimentaires et leur permettent d’en découvrir de nouveaux de manière divertissante et ludique.  3 sous-domaines : l’infotainment (vidéos ou jeux interactifs permettant de réinventer une recette), l’internet of food (accès par le consommateur final à une information nutritionnelle de qualité sur les produits alimentaires), et les expériences culinaires (visites d’entreprises, cours de cuisine).

Les Médias ont levé 4 M€ depuis 2013.

 

  • Le Coaching

Le Coaching s’adresse au consommateur final et lui permet de mieux gérer son alimentation et ses achats selon ses objectifs personnels. 3 sous-domaines : le foodlogging (calcul d’informations nutritionnelles à partir de données rentrées par le consommateur), la nutrition personnalisée (établissement de recommandations personnalisée à partir d’analyse du génome ou du microbiote), les recommandations (recommandations avec IA de repas, recettes, listes de courses ou vins en fonction des attentes des consommateurs).

4 M€ ont été levés depuis 2013 par le Coaching

 

  • Le Retail & delivery

Le Retail & delivery comprend 9 sous-domaines : les meal kits, la livraison de proximité, le snacking, les box-découvertes, la livraison de restaurants, le full stack delivery (repas cuisinés dans les cuisines propres de la startup), data for supply chain, expérience shopper (lien consommateur), les marketplaces.

127 M€ ont été levés depuis 2013 par le Retail & delivery.

 

Ces différents domaines de la FoodTech n’ont donc pas le même poids en termes d’investissement.  Qu’en est-il des perspectives ?

 

Les perspectives de développement de la FoodTech

 

Avec précaution, le rapport de DigitalFoodLab fait le point sur les perspectives et tendances de développement à court, moyen et long terme.

 

A court terme …

  • de plus en plus de livraisons, de plus en plus personnalisées, notamment via des formules d’abonnement ou des services ultra personnalisés ;
  • de plus en plus de produits innovants et locaux grâce aux laboratoires culinaires partagés au crowdfunding et à la collaboration des distributeurs qui facilitent la mise sur le marché. Le rapport évoque notamment les babyfood, les barres protéinées et les boissons ;
  • de plus en plus de data pour les restaurateurs afin d’optimiser leur activité.

 

A moyen terme…

  • le blockchain, technologie qui devrait permettre de réinventer la supply chain, mieux informer le consommateur sur les produits et permettre d’identifier plus facilement les produits incriminés lors d’une crise alimentaire ;
  • le développement de la nutrition personnalisée à partir de l’analyse du génome et du microbiote ;
  • les aliments du futur : les nouvelles protéines (insectes, algues, légumineuses…), les protéines de synthèse (viande de synthèse à partir de culture de cellules), les substituts de repas…

 

A long terme

  • le rapprochement de la production et des consommateurs ;
  • plus de transparence ;
  • la personnalisation pour tous.

 

Voilà qui est inspirant !

 

Lire le rapport complet : FoodTech en France : un phénomène en émergence – Investissements, startups et perspectives 2013-2017

 

Crédit Photos : ADN – Public Domain - Drone : Herney CC0 Creative Commons

Lire aussi :

 
Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob, Solutions RH pour la Communauté Agro

 

Commentaires


Connexion