Une alimentation pour chaque ADN ?

04/01/2018

Dans la balance de la nutrition sur-mesure

Dans un secteur agroalimentaire en pleine mutation, de plus en plus d’entreprises se spécialisent. Thé, café, saucisson, viande, produits locaux, produits vegans ect ect…il y a des spécialistes pour tout ! Les consommateurs/fans n’hésitent pas à aller chercher ou commander leurs péchés mignons chez des spécialistes et à cultiver ainsi un certain culte pour un produit, ou une manière de consommer qui leur fait plaisir, les engage, les définit et les valorise à la fois.

Mais d’autres acteurs vont encore plus loin … Dépassant le stade du « plaisir-spécialisé », ils proposent une nutrition sur-mesure pour améliorer le bien-être et la performance…

Pour ce faire, ces acteurs ne prennent pas uniquement en compte les goûts, les souhaits, le mode de vie et les habitudes de consommation. Ils utilisent également les données physiologiques du consommateur et l’analyse de leur génome ou de leur microbiote intestinal.

 

 

Bloomizon : un programme de vitamines sur mesure

Ainsi, par exemple, la société française Bloomizon propose à ses clients un programme de vitamines sur mesure à partir d’un nutrinome établi par un algorithme sur la base des renseignements fournis par le client concernant sa physiologie, son mode de vie, son environnement, son alimentation…

Les bénéfices : augmentation de la vitalité, meilleur sommeil, renforcement immunitaire, prévention de certaines maladies (cancers, alzheimer…), diminution du stress et de ses effets…

 

DNAFit et Vitamojo : la nutrition adaptée au génome

Aux Etats-Unis depuis quelques années plusieurs entreprises proposent d’établir un profil génétique nutritionnel. C’est le cas de Habit, par exemple qui, à partir de prélèvements biologiques, met en place un plan nutritionnel personnalisé et suggère, via une application, des repas adaptés au plan nutritionnel et livrables à domicile.

Des laboratoires se sont également lancés dans l’aventure en Europe. Les utilisateurs, encore minoritaires, sont en grande partie des personnes qui cherchent à perdre du poids ou à optimiser leurs performances sportives.

En Grande Bretagne, un partenariat entre DNAFit, testeur d’ADN et Vitamojo, restaurateur, permet aux clients de concevoir les repas adaptés à leurs besoins nutritionnels exacts et à leurs objectifs. Le test permet à DNAFit de proposer un régime optimal sur la base des besoins personnels en nutriments, vitamines, minéraux… ; de la sensibilité de la personne aux graisses, au lactose, au sel, à l’alcool, aux graisses saturées… ; de sa prédisposition à certaines pathologies…L’objectif est de prévenir certaines maladies et d’améliorer le bien-être ainsi que les performances sportives notamment. Le restaurant dispose d’une application sur laquelle le client choisit ses ingrédients et leurs quantités en fonction desquels elle propose des plats livrables à domicile.

 

Dans la balance…

La nutrition sur mesure semble un eldorado plein de promesses pour les entreprises et les consommateurs. En effet, au-delà de l’impact sur la santé personnelle, l’on peut aussi y voir un enjeu de santé publique avec une prévention à la source de nombreuses maladies comme l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, les cancers…Au niveau d’un pays, l’impact en matière de dépenses de santé pourrait-être colossal…

Mais la collecte de données de santé soulève aussi quelques questionnements. Le plus immédiat tient sans doute à la confidentialité des données dans un monde ultra-connecté ou la sécurité informatique est un enjeu majeur, et où ce type d’informations ultra-personnalisées ferait sans doute le bonheur de tout un ensemble d’acteurs. Ce qui tient d’une démarche volontaire et libre peut-il à termes, en cas de divulgation des données, se traduire par une moindre liberté ou un « flickage » des personnes ayant fait la démarche : « Nous savons que vous avez un risque élevé de développer telle maladie, donc nous ne pouvons vous accorder ce prêt… »… ?

Par ailleurs, l’ultra-personnalisation est-elle une voie financièrement et logistiquement accessible à tous d’une part ; et d’autre part économiquement et logistiquement viable pour les entreprises du fait de la multiplicité des variantes possibles ?

Enfin, la nutrition sur-mesure interroge également sur la valeur de transmission culturelle, de partage et de socialisation du repas. De plus en plus, on mange ensemble, mais pas la même chose…Ou bien on ne mange plus forcément ensemble. Avec le déploiement de la livraison de repas à domicile, saurons-nous tout simplement encore cuisiner dans quelques années ? Saurons-nous prendre le temps de choisir des aliments qui nous font plaisir et les préparer ?

 

Qu’en pensez-vous ?

 

Lire aussi :

Crédit photo :Joseluissc3 Creative CommonsAttribution-Share Alike 4.0 International

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob, Solutions RH pour la communauté Agro
   

 

 

 

Commentaires


Connexion