Le Bio à la conquête des enfants !

18/05/2018

Des pistes pour séduire les jeunes consommateurs...

A l’occasion des B.I.O. N DAYS - salon international des professionnels du Bio - qui s’est tenu à Valence les 4 et 5 avril dernier, le Cluster Bio Auvergne Rhône-Alpes a présenté les résultats de sa toute nouvelle étude « Le bio chez les 18-24 ans en 2030 ».

Réalisée par Nova Child pour le Cluster Bio Auvergne Rhône-Alpes, l’étude exclusive a pour objectif de mieux appréhender les logiques de marché, les enjeux sociétaux et la trace mémorielle qui imprègne jour après jour les esprits des enfants de 7 à 14 ans. Cette génération « Alpha » ultra connectée grandit dans une époque où le Bio et les questions environnementales sont omniprésentes. Quels consommateurs adultes de Bio ces enfants seront-ils en 2030 ? Quelles sont les pistes à travailler par les producteurs, marketeurs, distributeurs, écoles et pouvoirs publiques dès aujourd’hui pour améliorer leur perception du Bio et contribuer à une consommation plus responsable ?

 

 

 

De la perception du Bio par les enfants …

Pour répondre à toutes ces questions, Nova Child a effectué pour le Cluster Bio Auvergne Rhône-Alpes une étude complète sur la connaissance et la perception du Bio par les enfants de 7 à 14 ans.

La méthodologie utilisée mixe trois approches :

  • Une étude qualitative sous forme de Focus Groups permettant d’interroger 78 enfants sur Paris, Chollet, Lille et Lyon et d’effectuer des tests sensoriels ;
  • Une étude quantitative en ligne auprès de 554 binômes parents-enfants ;
  • Une étude ethnographique en GMS et Magasin Spécialisé permettant 165 observations et 45 entretiens de familles.

Les panels ont été établis selon la méthode des quotas et prennent en compte les habitudes de consommation des familles, depuis celles consommant quotidiennement des produits Bio jusqu’à celles n’en consommant jamais.

 

…aux pistes de travail pour les séduire

Les résultats de l’étude soulèvent de nombreuses pistes concrètes de développement du Bio impliquant toute la chaîne, mais aussi les écoles, les médias et les parents.

Ces pistes s’articulent autour de la nécessité d’améliorer la compréhension et l’image de la Bio d’une part ; et de favoriser les expériences et moments Bio pour laisser une trace mémorielle d’autre part. 

  • Une expérience Bio à construire pour faciliter la compréhension et raconter une histoire

92% des enfants ont entendu parler du Bio et la plupart en ont une bonne connaissance théorique de base : ce sont des produits « naturels », « sans pesticides », « sans produits chimiques ». 61% ont déjà vu le logo AB français et savent ce qu’il signifie, et 19% ont déjà vu et reconnaissent le logo européen.

En revanche, à l’inverse du recyclage par exemple, le Bio est peu rattaché à des moments de vie ou d’expérimentation. Les zones de progrès se situent donc dans le cadre familial (potager, courses, cuisine…), à l’école (cuisine, cantine, ateliers…) et dans le cadre de la distribution (pédagogie, implication de l’enfant dans le choix des produits, dégustations, ateliers, explications…). Les médias ont aussi un rôle à jouer en développant un discours adapté à l’enfant sur des supports et réseaux qu’il fréquente.

  • Une perception positive à développer

L’étude fait par ailleurs ressortir une perception anxiogène du Bio chez les enfants. En effet, ce sont des produits « Sans », « avec 0% de… ». Par ailleurs, la préservation de la santé est connotée au champ médical.

Les parents contribuent également à transmettre l’idée de produits Bio « chers », plutôt que de parler de « prix justes ». 

Enfin les produits Bio manquent de « Fun » au regard des enfants qui sont très attentifs aux goûts, aux odeurs, aux couleurs, aux textures, au packaging… Pas d’expérience sensorielle fracassante… Pas de Mascotte ou de célébrité qui pourraient être un vecteur pédagogique et expérientiel.

Un des enjeux tient donc également à développer une perception positive du Bio chez l’enfant à travers des produits qui tiennent compte de ses goûts et préférences ; de discours pédagogiques adaptés à son univers, son langage et ses habitudes ; et enfin d’expériences ludiques.  

 

Commander l’étude complète

L’étude fournit de nombreuses données chiffrées et qualitatives ainsi que des pistes concrètes de développement pour tous les acteurs de la filière. Une source d’inspiration à forte valeur ajoutée à l’heure de l’explosion du Bio !

Pour la commander, contacter Audrey Bouton, Chargée de projets innovation au Cluster Bio Auvergne-Rhône-Alpes : a.bouton@clusterbio.com

 

 

Lire aussi :

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob

Commentaires


Connexion