Produits Bio et Responsables : de plus en plus d’adeptes !

30/04/2019 10:48

Une croissance tirée par les 45-54 ans, les villes, et les alternatives à la viande

Une étude réalisée par YouGov a permis de mesurer l’évolution des préoccupations alimentaires et de la consommation Bio entre 2018 et 2019 en France. Trois éléments à retenir : l’impact des 45-54 ans, de la consommation urbaine et des alternatives à la viande sur la croissance du marché Bio.

 

 

 

Les produits Bio et Responsables : une appétence grandissante des français

Selon l’étude, les acheteurs sont de plus en plus concernés par les produits responsables (27% en 2018 et 30% en 2019) et de plus en plus attentifs à la composition de leurs produits, notamment cosmétiques (28% en 2018 et 32% en 2019).

Entre 2018 et 2019 l’appétence pour les produits Bio a augmenté de 3 points auprès de la population nationale pour s’établir à 44% en 2019.  Par ailleurs, 55 % de la population privilégie en 2019 des produits locaux (+2%).

 

Les 45-54 ans, locomotives du Bio ?

On aurait pu s’attendre à ce que les consommateurs de Bio les plus moteurs soient les jeunes adultes ou les jeunes ménages aisés ayant baigné dès leur plus jeune âge dans la prise de conscience écologique et climatique sociétale. Il n’en est rien ! En effet, toujours selon l’étude, ce sont les 45-54 ans, qui ont le plus significativement conduit à l’augmentation de la consommation Bio en gagnant 4 points entre 2018 (15%) et 2019 (19%). Attention, il s’agit cependant d’une forte augmentation sur une part relative !

 

Bio des villes … Bio des champs

D’un point de vue géographique, la hausse de la consommation Bio est tirée par les milieux urbains. Une donnée qui interroge tant l’accessibilité logistique et financière du Bio que le local et les circuits de distribution…

Ainsi, les villes de 2 000 à 20 000 habitants voient leur proportion de consommateurs Bio augmenter de 2 points pour s’établir à 33% en 2019. Idem pour les villes de plus 100 000 habitants, Paris incluse, où la part de consommateurs Bio atteint les 36% en 2019.

 

Les alternatives à la viande : un booster du Bio ?

Autre facteur marquant de l’étude concernant l’évolution des préoccupations et habitudes alimentaires des consommateurs de Bio : la baisse de la consommation de viande.

En effet, la part de fléxitariens, c’est-à-dire les personnes consommant occasionnellement de la viande, a augmenté de 10% chez les consommateurs Bio pour s’établir à 13% en 2019. Les non-consommateurs de viande avoisinent quant-à-eux les 40% en 2019. De quoi amener ces consommateurs vers les alternatives à la viande qui se développent en GMS et dont une bonne part est labellisée Bio ; mais aussi vers les distributeurs spécialisés Bio qui ont été précurseurs en la matière et proposent sans arrêt de nouveaux produits.

A suivre en 2020…

Image parAline Ponce de Pixabay

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob

Lire aussi :

 

Commentaires


Connexion