Qu’est-ce qu’on mange ?

20/11/2017 00:00

 

Des étudiants posent les questions des consommateurs aux entreprises agroalimentaires

 

 

C’est aujourd’hui qu’a été lancé le programme Qu’est-ce qu’on mange ? de l’ANIA, réalisé avec l’agence LinkUp Conseil. Wonderfoodjob ne voulait pas rater cet événement et vous en fait un petit retour !

 

L’industrie agroalimentaire : entre performance et défiance

« De nombreux paradoxes révèlent le climat de défiance dans lequel l’industrie agroalimentaire française se trouve. Par exemple, alors que notre gastronomie et nos produits sont valorisés et enviés à l’international, la France est l’un des pays les plus sujets au « food bashing » par ses consommateurs.

Après avoir initié le Pacte Alimentaire, il était temps de donner des preuves de l’engagement des entreprises… a indiqué Catherine Chapalain, Directrice Générale de l’ANIA. »

Des preuves attendues par des consommateurs exigeants…

 

Une demande augmentée de la part des consommateurs

« 51% des Français se disent inquiets de la qualité des produits alimentaires. 75% attendent des marques alimentaires qu’elles soient responsables et transparentes. La demande du consommateur est en fait une demande augmentée. Elle ne se borne pas simplement à l’achat d’un produit qui répond à un besoin, mais elle considère plus globalement l’utilité de la marque à travers des aspects tels que : l’éco-conception, l’éthique, la cohérence, le bien-être animal, la transparence, la certification, la traçabilité, l’environnement…

Face à cette demande, les entreprises ont développé une réponse augmentée qui apporte des réponses au consommateur et le valorise dans son acte d’achat en le rendant acteur, a indiqué Sandrine Raffin, Directrice de l’agence LinkUp. »

Encore faut-il avoir la bonne manière d’apporter ces réponses.

 

Des prises de paroles des IAA parfois accueillies avec beaucoup de suspicion

En effet, la communication des marques reste toujours un peu délicate. Les prises de paroles sont parfois accueillies avec beaucoup de suspicion dans un climat de cacophonie nutritionnelle où les crises alimentaires récentes ont jeté l’opprobre sur toute une profession.

En outre, la réaction - ou non réaction - des IAA à des attaques est souvent interprétée négativement par les consommateurs et la société civile. Cela dévalorise plus de 500 000 personnes qui travaillent en France dans le secteur.

L’entreprise s’exprime sur ses produits ? Elle ment ! L’entreprise répond à des attaques ? C’est donc qu’elle est coupable ! Elle ne répond pas ? C’est qu’elle a quelque chose à cacher !

Démontrer l’engagement des entreprises agroalimentaires, n’est pas donc pas chose simple.

 

Des étudiants, tiers de confiance, pour poser les questions des consommateurs aux entreprises

Pour ce faire le programme Qu’est-ce qu’on mange ? a été imaginé comme un « roadmovie » de trois étudiants sensibles aux problématiques d’alimentation, de nutrition, de santé et d’écologie, partis à la rencontre de celles et ceux qui fabriquent leurs produits préférés ».

En témoins libres et exigeants comme le sont les consommateurs Millennials, les étudiants incarnent des tiers de confiance. Ils sont allés poser les questions que se posent les consommateurs aux entreprises qui leur ont ouvert leurs portes.

 

Coca-Cola, Lactel, Kellogg’s, La Panière et Bordeau Chesnel jouent le jeu

Coca-Cola, Lactel, Kellogg’s, La Panière et Bordeau Chesnel ont été les premières entreprises à recevoir les enquêteurs autour des thèmes suivants :

  • Kellogg’s – Comment les fabricants de céréales de petit-déjeuner s’engagent-ils pour améliorer nutritionnellement leurs produits ?
  • La Panière – Le blé de mon pain est-il produit en France ?
  • Coca-Cola – Que font les entreprises de l’agroalimentaire pour réduire l’impact de leurs emballages ?
  • Lactel – Retrouve-t-on les bénéfices nutritionnels du lait dans les bouteilles UHT ?
  • Bordeau Chesnel – Comment certains fabricants font-ils pour proposer des produits qui ne nécessitent pas l’emploi d’additifs alimentaires ?

Leurs réponses ont fait l’objet d’une petite vidéo qui retrace l’enquête de l’étudiant et d’une infographie qui apporte des réponses claires en ce qui concerne les procédés et l’engagement sociétal et environnemental de l’entreprise.

 

D’autres preuves à venir

D’autres séries de vidéos de preuves sont prévues, par l’exemple avec Nestlé Waters qui devrait répondre à la question suivante : « Comment les entreprises agroalimentaires préservent-elles les ressources naturelles. ? »

Par ailleurs, en 2018, plusieurs thématiques ont été identifiées comme la qualité et la sécurité alimentaire, l’approvisionnement durable, le bien-être animal, l’engagement des consommateurs au bon usage, le gaspillage alimentaire, les producteurs locaux.

 

L’objectif de cette campagne est de réunir le plus de preuves possibles auprès de tous types d’entreprises agroalimentaires, quelles que soient leur activité et leur taille. Il s'agit de restaurer une image et un climat de confiance entre les IAA et la société à travers des réponses claires et pédagogiques aux attentes des consommateurs. Afin de mieux cerner ces attentes, LinkUp Conseil a mis en place un espace consommateur qui permet à tout un chacun de proposer un thème à explorer ou de poser des questions.

 

Lire aussi :

 

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob, Solutions RH pour la Communauté Agro

Crédit image et vidéo : ANIA et LinkUp

 

Commentaires


Connexion