« J‘ai bénéficié d’un accompagnement de A à Z dans ce recrutement ! »

« J‘ai bénéficié d’un accompagnement de A à Z dans ce recrutement ! »

 

 

Responsable Export germanophone sur des produits alimentaires de prestige et premium, Baudouin Briquet a croisé la route de Nathan Regardin, recruteur chez Wonderfoodjob, fin 2018. Originaire de la Marne, il a traversé la France pour s’installer dans le Morbihan comme Responsable Export Europe du Nord et de l’Est. Il travaille désormais pour La Fruitière du Val Evel, une entreprise familiale agroalimentaire innovante spécialisée dans la transformation de purées et coulis de fruits frais et surgelés haut de gamme en BtoB. Il nous raconte son expérience candidat avec Wonderfoodjob à l’occasion de ce changement de vie.

 

« Pendant tout le recrutement, Nathan - grâce à son écoute, sa disponibilité, ses conseils, ses encouragements - a été un repère très précieux. »

 

CT : Un peu plus d’un an après votre embauche par la Fruitière du Val Evel, quel souvenir général gardez-vous de votre expérience candidat avec Wonderfoodjob ?

Baudouin Briquet : J’ai bénéficié d’un accompagnement de A à Z dans ce recrutement et je n’avais jamais eu de suivi aussi approfondi par un recruteur. Je réalise à quel point cela a été précieux pour moi. J’ai changé de job, de secteur, de région … En traversant la France, j’ai aussi dû reconstruire toute une vie sociale. Pendant tout ce processus, Nathan - grâce à son écoute, sa disponibilité, ses conseils, ses encouragements - a été un repère très précieux. Cela m’a donné un peu plus confiance en moi et c’est certainement une des clefs de succès de ce changement.

 

« Je recherchais une opportunité professionnelle de Responsable Zone Export sur des produits alimentaires de prestige ou  premium. »

 

CT : Dans quel contexte avez-vous fait la connaissance de Nathan Regardin, recruteur chez Wonderfoodjob ?

Baudouin Briquet : Localisé alors en Champagne d’où je suis originaire, je recherchais une opportunité professionnelle de Responsable Zone Export sur des produits alimentaires de prestige ou premium. Je disposais de plusieurs expériences sur des pays germanophones et d’Europe du Nord dans le secteur du vin. Fin 2018, j’ai mis mon CV en ligne sur des sites et j’ai commencé à envoyer des candidatures.

Un soir, j’ai été contacté par Nathan qui m’a demandé si j’étais toujours à l’écoute du marché et ce que je recherchais exactement. Et puis il m’a présenté le poste de Responsable Export Europe du Nord et de l’Est chez La Fruitière du Val Evel en me précisant que le poste était localisé dans le Morbihan et ne permettait pas le télétravail. C’était plutôt un bon « match ». Qui plus est, j’étais disposé à changer de région, et même de pays. J’avais d’ailleurs postulé et passé des entretiens en Autriche et en Allemagne …

 

 

« Nathan m’a beaucoup questionné sur mes aspirations pour être sûr que mes attentes étaient en adéquation avec le poste  de la Fruitière du Val Evel et l’entreprise. »

 

CT : Comment s’est passé ensuite le premier entretien de recrutement ?

Baudouin Briquet : J’ai rencontré Stéphane Hervé à Paris dans les bureaux de ManageriA/Wonderfoodjob pour un premier entretien plus fouillé. Et puis, Nathan m’a beaucoup questionné sur mes aspirations pour être sûr que mes attentes étaient en adéquation avec le poste de la Fruitière du Val Evel et l’entreprise. J’étais assez surpris, car jusque-là, du fait de mes quelques expériences avec d’autres cabinets de recrutement, j’avais eu l’impression que les recruteurs ne cherchaient qu’à satisfaire les besoins des entreprises.

 

 

« Pour le test de personnalité, Nathan m’avait donné pour  consigne de surtout rester moi-même. »

 

CT : Avez-vous passé un test de personnalité ?

Baudouin Briquet : Oui, tout à fait, afin de confirmer l’adéquation de mon profil et de ma personnalité avec le poste et l’entreprise. Nathan m’avait donné pour consigne de surtout rester moi-même. Nous avons ensuite débriefé ensemble sur cette partie. Il m’a dit à cette occasion que j’avais plutôt un profil de « commercial chasseur » que de « commercial éleveur ».

 

 

« L’avantage d’avoir eu affaire à Nathan, c’est qu’il connaît bien le monde de l’agroalimentaire et que nous avons bien pu nous  comprendre. »

 

CT : Comment vous a-t-il préparé à la rencontre avec l’entreprise ?

Baudouin Briquet : Il m’a présenté l’entreprise, son histoire, sa culture, ses challenges… J’ai pu visionner une vidéo où Bertrand Gilot, le Directeur Commercial et Marketing en BtoB et Associé, expliquait la stratégie export de l’entreprise. Nous avons également évoqué les process innovants que La Fruitière du Val Evel utilise pour fabriquer ses purées de fruits haut de gamme. L’avantage d’avoir eu affaire à Nathan, c’est qu’il connaît bien le monde de l’agroalimentaire et que nous avons bien pu nous comprendre. Par ailleurs, les notions organoleptiques et les notions d’arômes (profil aromatique, sucre/succrosité, etc…) sont très importantes que ce soit dans le vin ou dans les fruits. Je me suis donc assez vite retrouvé dans mon élément du fait de mon expérience passée dans le vin.

 

« Je me suis senti très bien accompagné pour aborder l’entretien, mais aussi une nouvelle vie. »

 

Enfin, concernant la rencontre avec l’entreprise, Nathan m’a conseillé de rester le plus naturel possible. 

En fait, je me suis senti très bien accompagné pour aborder l’entretien, mais aussi une nouvelle vie. Cela a vraiment été important pour moi. Même si j’étais mobile, cela signifiait démarrer une nouvelle vie avec un nouveau challenge professionnel dans une région où je n’avais aucun repère, aucune connaissance. Donc les encouragements et le soutien que j’ai pu trouver auprès de Nathan ont été très importants pour moi.

 

 

« Concernant mon intégration,  le suivi de Nathan a été assez « hallucinant » !

 

CT : Comment s’est passée votre intégration ?

Baudouin Briquet : Mon intégration s’est super bien passée ! J’ai été très bien accueilli. Je me suis rapidement lié avec Nicolas, mon homologue sur la France et l’Europe du Sud qui a à peu près le même âge que moi. Nos assistantes, Delphine et Maryline ont aussi joué un rôle dans mon intégration. D’ailleurs, Delphine étant également de Champagne, cela a créé des liens !

Et là aussi, le suivi de Nathan a été assez « hallucinant » ! Je m’attendais à ce qu’il m’appelle après mon embauche, mais pas à bénéficier d’un suivi aussi intense et régulier sur les 6 premiers mois de mon intégration, et ensuite jusqu’à la fin de ma première année en poste. Nathan faisait en fait un double feedback entre Bertrand, mon manager, et moi et avait à cœur d’être un intermédiaire entre nous pour que l’intégration se fasse dans la durée. 

 

 

Photo : Baudouin Briquet

 

Propos recueillis par Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob

 

 

Lire aussi :