Votre partenaire recrutement dans l'Agroalimentaire

# 7 De nouvelles rencontres, tu feras

Publié le 26 novembre 2018

Modifié le 18 janvier 2021

La force des liens faibles

Le principe même d’une démarche réseau, c’est de faire de nouvelles rencontres vectrices de nouvelles opportunités et contacts. Ce sont d’ailleurs les personnes les plus éloignées de vous qui sont le plus susceptibles de vous amener des opportunités professionnelles. C’est ce que l’on appelle : la force des liens faibles.

 

 

 

La force des liens faibles

La force des liens faibles est une théorie qui a été développée dans les années 70 par Mark Granovetter, Sociologue à l’Université de Stanford.

Mark Granovetter étudie alors les liens entre les individus selon 4 critères :

  • la quantité de temps,
  • l’intensité émotionnelle,
  • l’intimité (la confiance mutuelle),
  • la réciprocité des services rendus.

Il nomme « liens forts » les relations proches (familiales et amicales).

Les « liens faibles » sont des relations éloignées (peu de temps passé entre les personnes, relations non intimes) : il s’agit des amis d’amis ou des connaissances professionnelles par exemple. 

Selon la théorie du sociologue, les liens les plus efficaces dans une recherche d’emploi ne sont pas les liens forts, mais au contraire, les liens faibles. 

 

CQFD

Voici pourquoi les liens faibles sont les plus susceptibles de vous amener vers un emploi :

Dans le cadre de liens forts entre des personnes proches :

  • Les personnes se ressemblent car elles ont des affinités, des centres d’intérêt communs ou bien la même éducation ou filiation.
  • Dans ce cercle restreint circulent les mêmes informations, souvent connues de tous.
  • Il y a une forte implication émotionnelle entre les personnes. Ainsi, une personne qui recommande un proche à une tierce personne pour un job s’engage et s’expose doublement. Si le matching est un succès, elle se sentira redevable auprès de la tierce personne. Si le matching est un échec, elle s’expose à subir la déception ou le mécontentement à la fois de son proche, mais aussi de la tierce personne. Le fait de recommander un proche – qui plus est quelqu’un de sa famille – a des relents de « piston » et engage la crédibilité et la légitimité de celui ou celle qui recommande tout comme la réputation du pistonné.

Dans le cadre de liens faibles entre les personnes :

  • On a accès à un réseau plus vaste, où il est possible de circuler d’un réseau à un autre.
  • Les individus ont accès à des informations différentes, plus variées que celles obtenues par les liens forts. Une occasion pour eux de saisir certaines opportunités et de s’intégrer au sein de nouvelles communautés sans enjeu émotionnel pour le contact qui fait le lien.
  • L’accès à un emploi – s’il est facilité – est le résultat d’une démarche pro-active et non de l’intervention d’un facilitateur : ainsi, il n’y a pas de notion de dette entre les personnes, ni d’implication émotionnelle… ni de piston !

 

Voilà qui devrait vous motiver pour développer votre réseau ! Evénements, conférences, salons, réseau d’Alumni, afterworks, LinkedIn, Viadéo… Cultivez la force des liens faibles (tout en évitant les « relous ») !

 

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob