Think Tank Agroalimentaire

Think Tank Agroalimentaire

 

5 grands chantiers et 15 recommandations

 

Wonderfoodjob a assisté jeudi 29 juin à la présentation organisée par Les Echos Events des 15 recommandations du Think Tank Agroalimentaire faites au gouvernement et aux acteurs de la filière.

Voici les grandes lignes du document complet téléchargeable.

 

1 – Poser une ambition pour l’agroalimentaire français 

La France doit retrouver sa position de deuxième exportateur mondial derrière les USA et de premier exportateur européen. Elle doit devenir le référent alimentaire mondial dans toute la diversité de la référence, place actuellement occupée par l’Italie.

Pour ce faire, le Think Tank Agroalimentaire propose de :

  • Reconnecter la filière alimentaire avec la société via plus de transparence, un plan de communication positive, l’ouverture de la filière à ses opposants et le développement des liens avec l’Education nationale ;
  • Etendre Le Pacte Alimentaire de l’ANIA à l’ensemble de la filière agri-agro-commerce.

 

2 – Améliorer la compétitivité agricole

Cette dernière souffre à la fois de distorsions externes liées par exemple au coût du travail dans chaque pays ; mais aussi de facteurs internes comme la dispersion des performances et l’hétérogénéité des exploitants.

Pour améliorer, la compétitivité de la ferme France, le Think Tank Agroalimentaire propose de :

  • Engager une véritable révolution culturelle. Cela passe par de nombreuses mesures : se connecter davantage aux marchés, passer d’une logique de prix agricoles à une logique de coûts de production ; refondre le conseil agricole ; accroître la part de gestion dans les formations agricoles ; réinventer le soutien à l’investissement ; favoriser une agriculture collaborative ; accepter une modulation plus fine des soutiens publics ; systématiser une véritable vie interprofessionnelle.
  • Créer un observatoire des distorsions sociales, fiscales, environnementales et sanitaires dans les conditions de production selon les pays et adopter le principe de l’iso-contrainte. Cela signifie que sur aucun des sujets sociaux, fiscaux, environnementaux ou sanitaires, l’agriculture et les industries de première transformation ne doivent subir de contraintes supplémentaires comparés par exemple, à la moyenne des trois ou cinq pays les plus exigeants. Cette mesure a pour objectif de lutter contre la surtransposition en France de contraintes européennes.

 

3 – Gérer la volatilité et ses conséquences

La volatilité a toujours existé mais du fait de cycles plus courts et de la mondialisation des échanges, les variations sont beaucoup plus brusques que par le passé.

La volatilité est le résultat de facteurs externes, comme les aléas climatiques, les crises épizootiques ; de facteurs internes (spéculation des intervenants) ; et de facteurs politiques (embargos, stocks…).

Elle a pour conséquences des problèmes de revenu engendrés par une déconnection prix-coûts ; une absence de visibilité pour investir ; et est une source de tensions géopolitiques autour de l’accès à l’alimentation et de la sécurité alimentaire.

Pour réacclimater l’économie agricole et agroalimentaire à la volatilité des prix, le Think Tank Agroalimentaire propose de :

  • Développer la protection contre la volatilité exceptionnelle via une assurance plus abordable ;
  • Assouplir la dotation pour aléas (DPA) afin de la diffuser davantage ;
  • Généraliser la contractualisation dans les relations commerciales pour lisser les évolutions de prix et apporter de la visibilité aux agriculteurs ;
  • Rendre plus transparentes les informations sur les récoltes et les stocks pour permettre un bon fonctionnement du marché mondial, au bénéfice de chacun des acteurs, comme de l’accès à l’alimentation de tous les humains.

 

4 – Encourager et soutenir les démarches export

La balance commerciale, si elle reste positive, est à un niveau historiquement faible. Cela s’explique par un déficit de compétitivité ; une ouverture vers l’exportation moins naturelle que d’autres pays (problème d’adaptation de l’offre, peu de mutualisation, retard en termes de conquête…) et par des politiques publiques, notamment fiscales, insuffisantes.

Pour enclencher un mouvement général d’ouverture vers les marchés extérieurs, le Think Tank Agroalimentaire propose de :

  • Mettre en place un véritable écosystème dédié à l’exportation en coordonnant diplomatie économique ; centralisation des moyens publics ; accompagnement et parrainage de PME ; recours à de nouveaux outils commerciaux comme les sociétés de commerce internationales ; et chasse en meute ;
  • Développer un crédit d’impôt export sur le modèle du crédit d’impôt recherche, sur la base d’un plan d’exportation de l’entreprise et avec des conditions d’applications plus stimulantes.

 

5 – Harmoniser et simplifier le cadre réglementaire

L’Europe est un marché de libre circulation des marchandises, dont les règles sont appliquées de manière différentes d’un pays à l’autres.

Le Think Tank propose de :

  • Généraliser l’obligation de résultats plutôt que de moyens (or le corpus réglementaire est établi sur une logique d’obligation de résultats) ;
  • Appliquer le principe de précaution sur la foi de risques avérés et non seulement supposés grâce à l’ajout dans la Constitution d’un principe de liberté de l’innovation qui aurait pour vocation de tempérer le principe de précaution ;
  • Acter le principe de non surtransposition et revisiter le corpus réglementaire afin d’éviter le millefeuille réglementaire et les distorsions de concurrence au détriment des acteurs français ;
  • Renforcer le contrôle des normes à l’échelle européenne par la certification afin de rétablir la confiance des consommateurs et des acteurs économiques sur l’équité de la concurrence ;
  • Encourager l’autorégulation entre les acteurs grâce à des pratiques collectives plus vertueuses.

 

La complexité des sujets autour du développement des filières agroalimentaires, de la fourche à la fourchette, ouvre un champ des possibles passionnant, porteur d’innovations et de sens pour tous ceux qui veulent évoluer dans le secteur. Consultez nos offres d’emploi dans l’agroalimentaire.

Consulter le document complet du Think Tank Agroalimentaire

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob, Solutions RH pour la Communauté Agroalimentaire - 03/07/2017

Crédits photos : Christelle Thouvenin