Cap sur la « French Food Touch » !

Cap sur la « French Food Touch » !

 

L’ordonnance du Think Tank agroalimentaire à la filière…

 

Jeudi 29 juin, Les Echos Events dévoilaient les 15 recommandations faites au gouvernement et aux acteurs de la filière agroalimentaire par le Think Tank Agroalimentaire. Une véritable ordonnance médicale pour soigner une filière qui souffre de reconnaissance, de handicaps et d’incohérences… mais qui a pourtant tellement de richesses et d’atouts !

Dirigé et animé par Olivier Dauvers, le Think Tank Agroalimentaire est composé de 30 membres représentants toutes les étapes de la filière, du champ à la fourchette, parmi lesquels : Thierry Blandinières, Directeur Général d’Invivo ; Jérôme François, DG marketing consommateurs de NESTLE ; Nicolas Chabanne, Fondateur des Gueules Cassées et de C’est qui le patron ? ; Florent Gull, Directeur de l’Agence Bio ; ou encore Stéphane Coyas, Directeur Général adjoint d’Agro Mousquetaires….

 

 

Olivier Dauvers, Directeur du Think Tank :

« L’agroalimentaire est une filière stratégique et importante d’un point de vue géopolitique. »

Olivier Dauvers, Directeur du Think Tank Agroalimentaire indique en introduction que l’idée de la démarche était de mettre de côté l’intérêt de chacun pour mettre en place un véritable travail collectif.

Le point de départ est le suivant : l’agroalimentaire est une filière stratégique et importante d’un point de vue géopolitique. Avec l’accroissement de la population, les pays qui seront le plus en avance compteront véritablement sur la scène internationale.

La France doit donc s’appuyer sur ses points forts qui sont : un socle technique élevé ; une diversité de l’offre ; et l’image du Made in France. Elle doit pallier ses retards en termes de concentration industrielle et d’internationalisation pour se développer. Elle doit aussi mettre en place le Pacte Alimentaire préconisé par l’ANIA pour reconnecter les IAA avec la société et revaloriser les produits.

Dans cette optique, le Think Tank Agroalimentaire a travaillé sur 15 recommandations regroupées dans 5 grands chantiers :

  • Poser une ambition pour l’agroalimentaire français
  • Améliorer la compétitivité agricole
  • Gérer la volatilité et ses conséquences
  • Encourager et soutenir les démarches export
  • Harmoniser et simplifier le cadre règlementaire

 

Christiane Lambert, Présidente de la FNSEA :

 « La photo est belle, mais la vidéo se dégrade ! »

Christiane Lambert, Présidente de la FNSEA a salué l’initiative du Think Tank Agroalimentaire à l’heure où se tiennent les Etats généraux de l’alimentation.

Elle a également mis en exergue les problèmes de répartition de la valeur dans la chaîne.

La compétitivité est un sujet crucial qui nécessite d’avoir les outils et formations pour gérer la volatilité des prix mais aussi l’imprévisibilité liée aux aléas climatiques et sanitaires ainsi qu’aux crises économiques et diplomatiques. Sans oublier que les politiques sociales différentes dans les pays européens font varier le coût du travail du simple au triple ; et que les normes phytosanitaires sont différentes. En Belgique, par exemple, les poireaux sont traités contre les vers blancs avec un produit interdit en France. Ajouté à cela, l’agriculture française souffre de la surtransposition de normes européennes.

Pour être compétitive, résiliente et durable, l’agriculture française doit chercher à faire ce que les autres ne savent pas faire et être plus à l’écoute du marché, plus agile. Actuellement, la demande en porc bio explose. Les transformateurs doivent importer 9 porcs sur 10 parce que la France ne produit pas assez de porc bio dont les prix sont plus rémunérateurs, alors même que des exploitations traditionnelles sont en grande détresse.

 

 

Thierry Blandinières, Directeur Général d’Invivo :

« Créons, sur le modèle de la French Tech, la French Food Touch ! »

Selon Thierry Blandinières, Directeur général d’Invivo, on n’a pas trouvé le chemin de crête pour dynamiser la France et son agriculture et les reconnecter à la société. Or la France recèle d’atouts car du fait de sa fragmentation, il y a une grande diversité d’offres et de possibilités de création de valeur.

Par ailleurs, la France doit miser davantage sur l’exportation en connectant les briques de sa vieille boîte à outils en un dispositif lisible par les acteurs, marketé et efficace. Un des moyens serait, sur le modèle de la French Tech qui a disposé de nombreux investissements, de créer un dispositif qui s’appellerait la French Food Touch.

 

Alexis Duval, Président du Directoire de Tereos :

" La question de l’exportation est indissociable de la compétitivité, elle-même liée à la contractualisation."

Pour Alexis Duval, Président du Directoire de Tereos, il est nécessaire d’avoir une vision stratégique de toute la filière agroalimentaire parce que tous les aspects sont liés. Par exemple, il y a des incohérences entre les mesures de la PAC et celles du gouvernement français.

Ensuite, il faut distinguer ce qui est une réponse véritable à la demande du consommateur de ce qui est une norme technocratique : en matière de traçabilité, par exemple, la demande vient des consommateurs.

 

 

La complexité des sujets autour du développement de la filière agroalimentaire de la fourche à la fourchette ouvre un champ des possibles passionnant, porteur d’innovations et de sens pour tous ceux qui veulent évoluer dans le secteur. Consultez nos offres d’emploi dans l’agroalimentaire.

Consulter le rapport complet du Think Tank Agroalimentaire

 

 

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob, Solutions RH pour la communauté agroalimentaire - 03/07/2017

Crédits photos : Christelle Thouvenin

Photo 1 de gauche à droite : Carlo Pettinelli, Commission Européenne ; Christiane Lambert, Présidente de la FNSEA ; Olivier Dauvers, Directeur et animateur du Think Tank Agroalimentaire

Photo 2 de gauche à droite : Thierry Blandinières, Directeur Général d'Invivo ; Alexis Duval, Président du Directoire de Tereos