Les prix dynamiques, bientôt en supermarchés ?

Les prix dynamiques, bientôt en supermarchés ?

Réduire le gaspillage alimentaire dès l'amont

Fini le steack un peu suspect - à l’écart des autres produits - avec la grosse étiquette rouge « En promotion – à consommer rapidement… ». Place aux prix dynamiques dans les supermarchés pour revaloriser les produits proches des dates de péremption et diminuer le gaspillage alimentaire.

 

 

Les prix dynamiques : très utilisés dans d’autres domaines

Les prix dynamiques, bien sûr que vous connaissez ! Souvenez-vous, vous avez déjà certainement voulu réserver un voyage sur Internet, vous avez fait quelques recherches et regardé les possibilités et les prix. Et puis trois jours plus tard, vous êtes revenu-e sur le site de réservation et là, ô surprise, les prix ont doublé ! Mais le prix dynamique, c’est aussi parfois de bonnes surprises : par exemple bénéficier d’un billet quatre fois moins cher pour aller voir un spectacle le soir même quand une salle n’est pas pleine.

Le prix dynamique, c’est le résultat d’un algorithme qui va calculer le prix en fonction de l’offre, de la demande, de l’échéance, et de tout un tas d’autres facteurs pouvant influencer dans un sens ou dans l’autre le comportement du consommateur.

 

Les prix dynamiques en supermarché

La société américaine Wasteless a développé un logiciel qui permet aux supermarchés de gérer automatiquement les prix des denrées en fonction de leur date de péremption. Ainsi, plus la date d’expiration est proche, moins le produit est cher : l’acheteur y gagne ; le supermarché réduit ses déchets et les rotations sur les linéaires ; l’impact sur l’environnement est positif. On peut avoir par exemple une même référence de yaourt avec une étiquette électronique double : pour une date de péremption au 15 avril, le prix est de 1,80$, pour une date d’expiration au 6 mai, le prix est de 3,40$.

Le système propose aussi une gestion des stocks en temps réel en anticipant le réapprovisionnement des produits en fonction des ventes prévues par rapport aux prix indiqués. Il évite ainsi le travail répétitif et manuel de contrôle des stocks ainsi que les ruptures en magasin.

 

Eviter le gaspillage à la source : quid de l’impact sociétal ?

En France, beaucoup de supermarchés donnent leurs invendus ou produits proches de la date de péremption à des associations qui les redistribuent en l’état ou sous forme de repas à des personnes nécessiteuses. On peut donc aussi se poser la question de l’impact sociétal d’une éventuelle baisse de dons en nature …

 

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob.com, Solutions RH pour la Communauté Agroalimentaire