Le pouvoir des tests

Le pouvoir des tests

Dans le cadre du Salon Talent Management qui bat son plein Porte de Champerret, WONDERFOODJOB.COM s’est intéressé plus particulièrement à la pertinence des tests de recrutement.

Deux conférences vont nous donner un éclairage sur le sujet.

La première : « Comment les tests RH sont des outils indispensables pour le Talent Management » réunissait Thomas Eymond, Directeur France de Cubiks ; Antony Erb, Directeur d’OPP France et Roland Claverie, Directeur Marketing de Pearson France ECPA. La table ronde a brossé un panorama général des tests et de leur utilité dans le processus de recrutement.

La deuxième, « Prédire les comportements contre-productifs au travail avec le test ETIX », animé par Sabine Socias, Consultante psychologue chez Central Test, nous permet de faire un zoom sur un nouveau type de test prédictif.

Quel type de test pour quelle problématique ?

Dans les phases de pré-sélection de candidats où l’entreprise a affaire à une problématique de volumétrie et où il s’agit de faire un premier tri des candidats, les tests d’aptitude sont particulièrement recommandés et bien rentabilisés. Ils sont pertinents pour les recruteurs ayant beaucoup de candidats mais peu de temps.

Ensuite, il est intéressant d’affiner la première sélection par un test de personnalité pour vérifier l’adéquation du profil avec le poste et le contexte de l’entreprise. Les tests de personnalité permettent d’appréhender la personne, ses valeurs…

Les tests, quelle efficacité ?

D’après les intervenants, ces tests ont une efficacité prouvée, sont objectifs et peuvent avoir des vertus prédictives en donnant des informations permettant au recruteur de projeter la personne à 3-5 ans en fonction de ses compétences et comportements. On cherche ici à faire un lien entre la mesure et le succès futur. On cherche la probabilité de succès d’une personne dans un poste qu’elle n’a pas encore occupé en extrapolant à partir de données psychométriques.

Les intervenants soulignent toutefois que le marché des tests est encore peu consolidé. Il existe néanmoins un organisme de certification pour attester de la viabilité scientifique des tests et il vaut mieux, évidemment, choisir un test qui a obtenu cette certification. Les outils psychométriques peuvent être fiables jusqu’à 70% lorsqu’il s’agit d’outils extrêmement performants, au-delà, il s’agit d’une promesse mensongère.

Cela induit donc, que le test, aussi riche en informations soit-il, reste une aide à la décision.

 

Les tests : une plateforme d’échange au service de l'expérience candidat et de la marque employeur ?

Mais quelle est la réaction des candidats face aux tests ? Il semblerait que les Français, de culture latine, vivraient davantage que les autres le test comme une sanction, comme quelque chose de binaire.

Or, d’après les intervenants, le test est également envisagé comme une plateforme d’échange en termes de ressources humaines. A partir de ce que le candidat ou le salarié a livré, le recruteur ou le responsable RH peut initier un dialogue riche d’enseignements pour les deux parties. Il est même fréquent qu’une personne recalée remercie le recruteur ou le RH pour tout ce qu’elle a appris sur elle-même et pour lui avoir ouvert des voies en termes d’évolution, mis en exergue des compétences cachées et montré des pistes d’amélioration ! Et c’est donc là que le test sert véritablement la marque employeur.

Le candidat, reçu ou pas, aura vécu une expérience enrichissante en matière de développement personnel.

Un préalable : la formation à la passation et à la restitution du test

Une expérience positive suppose donc, chez le recruteur, une bonne maîtrise de l’outil et une formation à son analyse afin de rendre l’entretien plus efficace. Indispensable, la formation au test apprend au recruteur à « rendre au candidat sa personnalité pour le rendre acteur de sa personnalité en le faisant parler, en creusant avec lui des points mis en exergue par le test ». Parfois, deux profils identiques sont incarnés de manière complètement différente !

Tout l’art de l’investigation, de l'affinage et de la sélection appartient donc au recruteur, et ce d’autant que les demandes de recrutement des entreprises portent également sur des notions qui sont plus difficilement mesurables - les fameuses soft skills - : l’agilité, la capacité d’influence, la capacité à apprendre par soi-même … ou encore un leadership davantage fondé sur l’agilité et l’innovation que le charisme autoritaire d’antan.

Tests génériques ou personnalisés ?

Certains clients demandent que le test soit personnalisé à leur environnement, d’autres utilisent des tests génériques. D’une manière générale, la plupart des tests sont conçus pour être pertinents quel que soit le métier et l’environnement. Les tests de personnalité génériques dont le coût oscille entre 30 et 50€ par candidat sont une très bonne aide à la décision pour les PME et les TPE qui n’ont pas les moyens d’investir dans un outil personnalisé. Enfin, certains tests s’adaptent à des référentiels métiers.

L’hyperpersonnalisation a un coût et doit être envisagée au regard de l’amortissement de l’outil. En France par exemple, les entreprises utilisent à 80% des tests génériques et à 20% des tests personnalisés. En Grande Bretagne, cette proportion est inversée, mais elle tient aussi au fait que le marché de l’emploi est beaucoup plus flexible avec davantage de turnover de fréquence de recrutement et de volumétrie.

Par ailleurs, certains secteurs sont plus enclins à demander des tests personnalisés que d’autres. La grande distribution, par exemple, semble davantage portée sur les tests de mise en situation permettant de plonger tout de suite la personne dans le quotidien du métier, d’apporter une vraie expérience au candidat et de sélectionner très facilement les personnes qui sont à l’aise ou ont les bons réflexes par rapport à une situation.

Les tests sont en pleine évolution

La digitalisation de l’économie emmène les éditeurs de tests à repenser leurs outils pour des smartphone et des tablettes, avec par exemple des questions par vidéo ainsi que des évolutions en matière de présentation car certains tests, comme les tests de logique, sont plus difficilement lisibles sur petit écran.

De plus en plus, on voit également arriver sur le marché des tests adaptatifs qui vont, à partir des premières réponses données par le candidat, s’adapter et proposer certaines questions plutôt que d’autres.

Par ailleurs, les tests prédictifs sont en plein développement. Ils permettraient de mieux prédire un comportement ou une évolution à partir des données du test, en les croisant à des données issues du Big Data.

ETIX : prédire les comportements contre-productifs au travail

Vous avez dit prédictif ? ETIX est un test développé par Central Test dont l’objet est de prédire les comportements contre-productifs au travail.

Une petite explication de text (ou de test !) s’impose. Qu’appelle-t’on les comportements contre-productifs ?

Il s’agit du mensonge, du non-respect des règles, de la corruption, du vol, du harcèlement moral et de la discrimination. L’ensemble de ces comportements aurait un coût astronomique pour les entreprises : 41,65 Mds de $ de perdus dans le domaine de la distribution aux Etats-Unis du fait de ces comportements, tandis que les comportements déviants occasionneraient des pertes annuelles équivalentes à 6% du CA annuel des entreprises.

ETIX évalue les attitudes des personnes vis-à-vis des différents comportements contre-productifs cités plus haut. En distinguant les attitudes envers soi-même et envers les autres, ETIX révèle non seulement la probabilité d’une personne à tolérer un comportement contre-productif, mais également sa tendance à accepter ce comportement chez les autres.

« Mais attention, précise Sabine Socias, Consultante psychologue chez Central Test, contrairement aux tests d’intégrité du type de ceux développés après 1988 aux USA suite à l’interdiction pour les entreprises d’utiliser des détecteurs de mensonges, ETIX ne vise pas à mesurer le niveau de moralité des individus. Ces 140 questions non invasives, se concentrent uniquement sur la sphère professionnelle et le questionnaire est respectueux de la vie privée. Le test est même un véritable outil dans la gestion RH car les comportements et les attitudes peuvent évoluer grâce à la sensibilisation. »

Christelle Thouvenin pour WONDERFOODJOB.COM, site emploi recrutement dans l'agroalimentaire.