L’organisation apprenante : la (trans)formation dans l’ADN !

L’organisation apprenante : la (trans)formation dans l’ADN !

 

70 : 20 : 10

70 : 20 : 10… Non, ce ne sont pas des mensurations…mais des pourcentages très instructifs.

En effet, selon Charles Jennings, Co-fondateur de l’Institut 70 :20 :10, 70% de ce que nous apprenons relèverait de notre poste de travail ; 20% de nos apprentissages seraient liés aux échanges avec les collègues et 10% seraient le résultat de formations … C’est donc l’apprentissage sur le terrain et la transmission informelle qui constituerait 90% de notre apprentissage pertinent en entreprise. Ajouté à cela, plus de 50% de ce qui est appris de manière formelle, c’est-à-dire en formation, serait oublié dans l’heure si non mis en pratique immédiatement.

Dans un monde digital en réseaux, les organisations ont besoin de rester en osmose avec leur écosystème. C’est une question de survie ! Et pour cela, l’apprentissage et la formation doivent de plus en plus se faire de manière continue, collaborative et pratique et non de manière planifiée, individuelle et procédurale.

Partant de cette nécessité, les organisations évoluent également de plus en plus vers des modèles d’organisations dites « apprenantes ». Quelles en sont les spécificités, les challenges et les bénéfices pour les organisations et leurs contributeurs ? Voici un point non exhaustif.

 

 

 

L’organisation apprenante ne se décrète pas …

  • Un être vivant

L’apprenance est la volonté de rester en lien avec son écosystème en apprenant de manière continue et s’adaptant sans cesse pour survivre. C’est une dynamique individuelle et collective où chaque maillon de l’écosystème est contributeur et receveur. L’entreprise apprenante est ainsi comparée à un être vivant s’adaptant sans relâche à son environnement.

  • Objectifs partagés, engagement, agilité et droit à l’erreur

L’organisation apprenante, pour autant, ne se décrète pas.

Elle nécessite un alignement de chacun sur le projet d’entreprise et les objectifs et un haut niveau de participation et d’engagement. Elle repose sur une organisation flexible, transversale, réactive et ouverte sur son écosystème.

Les acquisitions de compétences se font de manière partagée, sous un format collaboratif et empirique. L’organisation apprenante permet ainsi d’expérimenter et même d’échouer car de l’échec, comme des victoires, elle tire des enseignements pour s’améliorer de manière perpétuelle.

Ce faisant, elle permet le développement des compétences et des réseaux des individus au service de l’entreprise, mais aussi au service de la progression et de l’employabilité de chacun. 

 

 

Innovation managériale et RH

De fait, l’organisation apprenante redessine les fonctions managériales et les fonctions RH.

  • Inspirez … soufflez ?

Tout d’abord, la pertinence du management est un questionnement dans certaines organisations apprenantes. Certains modèles suppriment la plupart des postes de management pour redonner du pouvoir de décision aux équipes et limiter les procédures jugées chronophages, inutiles et castratrices.  

Réduit en nombre dans des organisations plus planes, les managers doivent pouvoir donner une direction et inspirer suffisamment les acteurs de l’écosystème pour favoriser les interactions, la créativité et l'innovation dans un objectif partagé. La contrepartie de cette recherche d’agilité permanente, c’est aussi d’être moins dans le contrôle et le pouvoir et davantage dans un dialogue de co-construction. Cela explique aussi les nouvelles qualités d’écoute attendues chez les managers par les Millennials et les générations Z.  Mais on imagine aussi qu’il n’est pas forcément évident en tant que manager de trouver sa place et son positionnement dans un tel environnement en mouvement, engendrant énormément d’informations… Il y a donc un enjeu assez fort en termes de casting…

  • Innovations RH et formation

L’organisation apprenante révolutionne aussi le rôle des RH, notamment dans son approche de la formation, l’acquisition de compétences et la gestion de carrières en donnant la primeur à l’expérience et à l’expérimentation.

Nous avons vu que 70% de ce que nous apprenons relèverait de notre poste de travail : quotidien, actions, problèmes à résoudre, appréhension d’un nouveau projet, adaptation à un logiciel ou à une contrainte. 20% de nos apprentissages seraient liés aux échanges avec les collègues, à l'encadrement, aux communautés de pratiques qui se développent sur internet. Enfin, 10% seraient liés à des formations en tant que telles :  séminaires, ateliers, stages en présentiel, webinaires ou formation à distance..., sachant que 50% de ces acquisitions formelles seraient oubliées dans l’heure qui suit

C’est pourquoi de nombreuses organisations se tournent vers des solutions d’apprentissage plus fructueuses et parfois plus légères aussi. Parmi ces dernières, l’on trouve les ateliers de partage de problématiques, les concours internes, l’intrapreneuriat, les « learning expeditions » dans d’autres entreprises ou d’autres pays, le swap de salariés (vis-ma-vie), l’échanges de coups de main ou encore l’échange de formations internes entre collaborateurs (certains ont développé des plateformes internes pour ce faire). L’on trouve naturellement aussi beaucoup de formations en « e-learning ou blended learning » itératives, des serious games, des Coocs…

 

Beaucoup à gagner …

Dans ce processus d’apprentissage pertétuel et collaboratif, l’organisation a beaucoup à gagner, outre le fait de rester en vie.

Tout d’abord, l’apprenance permet de fluidifier les process pour être plus efficace dans la gestion de son activité.  C’est aussi un moyen pour améliorer les conditions de travail et réduire la pénibilité de certaines tâche.

En interaction avec son écosystème, l’organisation apprenante favorise l’anticipation, l’innovation, le développement de nouveaux produits, de nouveaux services…

En interne, une organisation apprenante facilite les transferts de compétences intergénérationnels permettant de valoriser tous les parcours et toutes les compétences. Elle est aussi un lieu où la diversité des profils ne peut-être qu’un atout et donc une organisation fédératrice autour de la culture de l’apprentissage et du test and learn.

Par les perspectives de développement qu’elle offre, elle donne l’opportunité à ses collaborateurs de développer leur employabilité et d’évoluer. Un excellent moyen pour attirer et retenir les talents, et donc un argument fort pour la marque employeur !

 

Lire aussi :

 

Crédits photos : Geralt, CC0 Creative Commons

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob, Solution RH pour la Communauté Agro