Mieux travailler à l'ère du numérique

Mieux travailler à l'ère du numérique

 

Les résultats de l’enquête TNS SOFRES réalisée à l'occasion de la 13ème Semaine de la Qualité de Vie au Travail de l’ANACT

 

 

 

La 13ème Semaine de la Qualité de Vie au Travail (SQVT) - organisée par l’Association Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ANACT) et ses antennes régionales (ARACT) - a été l’occasion d’interroger un échantillon représentatif de 1003 salariés occupés et 205 dirigeants d’entreprises ou DRH sur leur perception du numérique à travers une enquête administrée en ligne par TNS Sofres.

Il s’agissait, à travers cette étude, d’établir un état des lieux de la transformation numérique en marche et de ses enjeux et attentes en lien avec la qualité de vie au travail.

Mais les résultats ont aussi permis de nourrir le colloque de lancement de la SQVT, lundi 13 juin, et ce faisant, la réflexion de l’ANACT sur les aspects suivants : De quelle manière le numérique impacte-t-il les formes de travail : quelles opportunités et quels risques ? De quelle manière la transition numérique est-elle vécue par les salariés ? Comment faire du numérique une opportunité pour améliorer la qualité de vie au travail ?

Quels sont les principaux enseignements de ce sondage dont les résultats complets figurent en ligne sur le site de l’ANACT ?

 

Des perceptions et appréhensions différentes du numérique

Tout d’abord, le terme « numérique » évoque quelque chose de positif chez 60% des salariés et 88% des chefs d’entreprise.

67% des salariés sont optimistes en ce qui concerne les conséquences du numérique sur leur avenir dans leur entreprise, et 88% des chefs d’entreprises sont optimistes quant à ses conséquences sur l’avenir de leurs salariés.

Pour autant, dirigeants et salariés ne mettent pas la même chose derrière le terme « numérique ». Alors qu’il évoque massivement des outils (tablettes, ordinateurs, smart phone), chez les salariés, il est davantage synonyme de process et technologie chez les dirigeants.

En termes d’utilisation de manière générale ou professionnelle, le sondage révèle des disparités socio-économiques et générationnelles importantes, les CSP+ et les plus jeunes semblant plus à l’aise avec le numérique que les autres catégories.

Enfin, les conséquences du numérique sur l’avenir de l’emploi en France est l’item qui réunit proportionnellement le plus d’avis négatifs à la fois de la part des dirigeants et des salariés.

 

Globalement, le numérique semble impacter favorablement la QVT, mais l'enquête révèle des avis partagés

La qualité de vie au travail, semble favorablement impactée par le numérique… même si ses conséquences sur l’intensité du rythme de travail comme sur la frontière vie privée / vie professionnelle restent à surveiller. 85% des salariés estiment que l’usage des technologies numériques a eu un impact positif sur leur qualité de vie au travail, et 90% des chefs d’entreprises que cet usage a eu un impact positif sur la qualité de vie au travail des salariés de leur entreprise. Ce constat globalement positif est partagé encore plus fortement par les PCS+ et les managers, mais moins par les salariés les plus âgés qui sont moins optimistes que leurs cadets sur le sujet.

Toutefois, une ambivalence émerge entre ce constat globalement positif et des conséquences parfois plus mitigées du numérique sur la qualité de vie au travail. En effet, ceux qui considèrent que la capacité de concentration, l’ambiance dans l’équipe, l’équilibre vie privée / vie professionnelle et les horaires de travail se sont améliorés sont aussi nombreux que ceux qui jugent qu’ils se sont dégradés (1 salarié sur 5). Par ailleurs, en ce qui concerne le dialogue social, la charge de travail, la pression sur les délais et le niveau de stress, la majorité des salariés souligne leur stabilité, mais ceux qui constatent une dégradation sont plus nombreux que ceux qui perçoivent une amélioration.

 

Formations, droit à la déconnexion et communication apparaissent comme les principales clés pour aider les salariés à mieux travailler à l’ère du numérique, conclut TNS Sofres, dans sa synthèse de l’étude.

(Source : Etude TNS Sofres - Mieux travailler à l’ère du numérique- 13 juin 2016)

CT