IAA et numérique : l'ANIA pilote un groupe de travail

IAA et numérique : l'ANIA pilote un groupe de travail

 

L'ANIA conduit un groupe de travail pluridisciplinaire pour accompagner les industries agroalimentaires (IAA) françaises dans l’ère numérique

Un enjeu stratégique au cœur de la rentabilité, de l’innovation, de l’agilité et du développement international des entreprises

 

L’ANIA a mis en place un groupe de travail pluridisciplinaire sur le numérique et l’agroalimentaire. L’instance est composée de représentants de toutes les grandes filières : produits de la mer, céréales, lait, fruits et légumes, viande, emballage, distribution, logistique... Elle associe également des partenaires institutionnels et des instituts de recherche comme d’INRA et le CNRS. Elle rallie par ailleurs des concepteurs et fournisseurs de logiciels et des start-up.

Quels sont les objectifs de ce groupe de travail ? Il s’agit tout d’abord d’amplifier la modernisation des IAA à travers le numérique sachant que plus de 50% des IAA - en majorité des PME - vivent un déficit numérique sur des fonctions fondamentales. Il s’agit par ailleurs d’optimiser la compétitivité internationale des IAA, deuxième excédent commercial de la France après l’aéronautique.

Pour ce faire, cinq chantiers prioritaires ont émergé des premières réunions du groupe de travail : 

  • Construire un référentiel de données structurées à vocation internationale
  • Déployer ce référentiel dans toutes les entreprises de la chaîne de valeur de l’AA, de l’amont au consommateur
  • Construire un Big Data agroalimentaire international alimenté par un Internet objet
  • Structurer une offre de logiciels internationale
  • Rendre l’alimentation beaucoup plus simple, efficace et agréable pour le consommateur
Au cœur de ces chantiers, un trésor : la donnée. Cette dernière a donc vocation à être collectée, structurée, analysée, comparée, corrélée, intégrée…dans les prises de décisions du champ à l’assiette par chacun des acteurs : agriculteur, négociant, transformateur, logisticien, distributeur, consommateur …:

Ces chantiers prennent en compte le nécessaire développement des compétences pour accompagner ces transformations numériques. Ils s’inscrivent en outre dans la French Tech, dispositif public d’incubation, d’accélération et de rayonnement international des start-up françaises.

Christelle Thouvenin pour WONDERFOODJOB.COM