Coworking : salariés, êtes-vous prêts ?

Coworking : salariés, êtes-vous prêts ?

Confiance, gestion du multiculturalisme et projet partagé

Alors que le télétravail se développe, de plus en plus de salariés rejoignent des espaces de coworking où se cotoient des  indépendants et salariés de différentes organisations. Moins de trajets, moins de fatigue, des espaces ergonomiques et une communauté de travail stimulante pour lutter contre l'isolement...Pour les entreprises, de nombreux avantages également à faire valoir, dont évidemment la baisse des coûts immobiliers et de certains risques professionnels et l'accès à des sources d'open innovation.

Un mode de travail idéal ? Sous certaines conditions toutefois. Voici quelques clefs pour se poser les bonnes questions avant de se lancer dans l'aventure en tant que salarié.

 

 

La confiance réciproque au coeur du coworking

La première chose qui coule de source dans la mise en place du travail à distance c’est la question de la confiance.

Expérimentation et volontariat

Certaines organisations sont encore rétives à la mise en place du télétravail le lundi et vendredi (les salariés vont prolonger leur week-end !) et le mercredi, jour des enfants. Dans le sens inverse, les salariés réticents au télétravail peuvent aussi redouter de ne pas être au cœur de l’action, des décisions et des promotions, notamment en France où il y a une forte culture du présentéisme.

Il semble donc prudent de miser dans un premier temps sur l’expérimentation et le volontariat afin d’éprouver les a-priori et la confiance de part et d’autre.

Mais le coworking soulève de nouveaux questionnements relatifs à la confiance.

Respect des codes et de l’image de l’employeur en coworking

En effet, le salarié est censé porter l’image de son entreprise à travers son code vestimentaire, son comportement, certains éléments de langage…Or en télétravail, l’entreprise n’a pas beaucoup de prise et de contrôle.  

Prenons un exemple un peu caricatural. Si Kévin, courtier en assurances, travaille en pyjama de chez lui et fait son travail, qui le saura ? Mais en espace de coworking… c’est différent.  Si Kévin va travailler en bermuda et en tongs, ça pourrait poser problème à son employeur...et donc lui poser en retour des problèmes...

Donc le salarié devra être vigileant a adopter en espace de coworking un code vestimentaire, un comportement et des éléments de langage en cohérence avec l'organisation dont il dépend.

Confidentialité/open innovation en coworking : où est la frontière ?

Par ailleurs, la question de la confidentialité est, elle-aussi, au cœur du sujet. Les entreprises investissent des sommes énormes dans la sécurité des données. Quid de la possibilité que les écrans et impressions soient exposés à des regards indiscrets. Quid de la sécurité des connexions Internet ? Comment s’assurer que Kévin – (en plus d’être en bermuda !) – n’ira pas par mégarde dévoiler une information confidentielle lors d’un baby-foot en donnant son avis sur une problématique posée par un coworker ?

Difficile parfois de faire la part des choses entre les informations qui ne doivent pas être communiquées et celles qui ont intérêt à l’être parce qu’elles peuvent contribuer à faire émerger des solutions ou des pratiques dont toutes les entreprises pourront ensuite bénéficier… Où est la frontière entre confidentialité et open innovation qui fait aussi tout l'intérêt du coworking ?

Là aussi, le salarié devra être bien au clair avec son organisation concernant les informations qu'il peut éventuellement partager et celles qui doivent rester strictement confidentielles.

Confiance ou contrat ?

Ainsi, le télétravail en coworking ne peut fonctionner que sur la base d’une confiance réciproque reposant sur des engagements mutuels. Le respect par le salarié des délais, des codes et de l’image de l’entreprise et une certaine vigilance quant aux informations qu'il détient par exemple… Le traitement égal de tous les salariés de la part de l’entreprise en termes d’information et d’évolution de carrière qu’ils soient en télétravail ou non…par exemple.

Ces engagements doivent-ils être tacites ou formalisés ? Une drôle de question qui émousse un peu la confiance !

 

Multiculturalisme et engagement

Le coworking implique pour le salarié de savoir jongler entre plusieurs cultures. D’une part, la culture de son entreprise de départ, avec ses valeurs, ses codes... D’autre part, la culture qui se crée dans l’espace de coworking à partir d’un collectif de travail changeant. 

Multiculturalisme : quels impacts sur l’engagement ?

Selon la part de télétravail réalisée en coworking, cela pose une vraie question d’adaptabilité et de positionnement. Alors que le salarié a peu d’enjeux de positionnement à l’intérieur d’un espace de coworking, il doit réintégrer sa posture dès lors qu’il se retrouve dans son entreprise, vis-à-vis de ses pairs, de son management et de ses subordonnés.

Cette alternance de cultures et de positionnement peut-elle progressivement éloigner le salarié de son organisation ? Cette schizophrénie peut-elle nuire à l’engagement ? Difficile à dire car il y a sans doute autant de réponses que de cas… et nous n’avons pas trouvé d’études scientifiques sur le sujet.

Adhérer au projet d’entreprise

Quoi qu’il en soit, il semble important que le projet et la culture de l’organisation soit suffisamment forts pour résister à l’érosion de l’éloignement… un peu comme des amours à distance.

Pour cela, ils doivent être présents bien au-delà des murs, dans les relations interpersonnelles, l’organisation toute entière, le travail et le management. Ils doivent être intégrés par le salarié, faute de quoi, ce dernier se retrouvera en décalage avec son organisation et ce décalage pourra finir par être un inconfort, source de désengagement.

Trouver le bon équilibre

Le rythme de télétravail doit aussi être bien étudié :  entre 1 jour par semaine et du télétravail total, les impacts peuvent être très différents pour les salariés et les entreprises.

 

Une organisation en adéquation avec le coworking

Enfin, si vous envisagez en tant que salarié de télétravailler en coworking, il est important de savoir si la structure et le fonctionnement de votre organisation sont en adéquation avec ce projet.

Autrement dit, il sera plus facile de le mettre en place dans une organisation souple et agile, à l'aise avec le management à distance, les projets en mode collaboratifs et l’open innovation dont l'entreprise pourra être à la fois bénéficiaire et contributrice. Dans le cas contraire, vous risquez d'essuyer un peu les plâtres... mais vous ouvrirez aussi peut-être la voie pour les suivants !

Car si toutes les organisations ne peuvent pas du jour au lendemain se transformer en mode agile, l'attrait des salariés pour le coworking pourrait bien les y pousser !

Alors êtes-vous prêts ?

 

Lire aussi :

 

Christelle Thouvenin pour Wonderfoodjob, Solutions RH pour la Communauté Agro

Crédit Photos : Impact Hub - The Hub Islington, co-working space in London, UK on 24th October 2012, CC.BY-SA 2.0